Par Olivier Chicheportiche le Vendredi 5 Avril 2013

Chiffres : Malgré un parc d’abonnés en forte hausse et une consommation data qui flambe, les revenus des opérateurs ont continué à s’effriter, notamment au 4e trimestre, indique l’Arcep dans son Observatoire.

On l’a souvent dit, l’année 2012 a été celle du bouleversement du paysage mobile avec l’arrivée de Free sur le marché. Le nouvel entrant a provoqué plusieurs secousses qui ont profondément fait évoluer le secteur.

Ainsi, selon l’Observatoire 2012 de l’Arcep, le régulateur des télécoms, le premier élément visible est l’augmentation très sensible du parc d’abonnés. Le nombre de cartes SIM en circulation a ainsi augmenté de 6,6% en un an.

Dans le même temps, les prix se sont franchement orientés à la baisse compte tenu des alignements successifs des concurrents de Free Mobile et notamment des marques low cost des opérateurs de réseau.

Consommation data en hausse de 70%

En 2012,  la facture moyenne d’un client mobile a baissé de 14,5%, à 20,60 euros par mois. Merci qui ? Ce qui n’a pas empêché les consommateurs de consommer toujours plus de voix (+22%) et de data (+70% !).

Mais ces flambées n’ont pas compensé les baisses de prix engagées. Les revenus des opérateurs se sont repliés de 3,5% sur l’année et de 9,9% rien que sur le 4e trimestre…

Reste que pour le régulateur, il n’y pas le feu au lac. « On est très loin d’un secteur dynamité, dévasté, sinistré. Beaucoup de pronostics ont été déjoués, il n’y a pas eu d’effet dévastateur suite à l’arrivée de Free Mobile« , lançait il y a peu Jean-Ludovic Silicani, président de l’Autorité.

Si les revenus des opérateurs ont quasiment tous baissé en 2012, il s’agit d’une « illusion d’optique », souligne le président. « En excluant les effets de la baisse des terminaisons d’appel [prix de gros que se payent entre eux les opérateurs pour acheminer les appels, NDLR], les revenus globaux des opérateurs sont stables : +0,1%« .

Un avis que ne partagent absolument pas les opérateurs qui évoquent une année 2012 ultra-violente. Il s’agit surtout pour eux de s’adapter à la nouvelle donne du marché, en mieux valorisant la data. C’est justement le but visé avec l’ouverture commerciale de la 4G en France chez les grands opérateurs.

Reste à savoir si le très haut débit mobile leur permettra de se démarquer des offres low cost et surtout de faire repartir à la hausse l’Arpu.

Retrouvez cet article sur :

ZDNet

Publicités