On observe régulièrement des tentatives de nouvelles pratiques au travail. En voilà une qui mérite que l’on s’arrête quelques minutes: le phénomène « Bring Your Own Device ». Traduction brute: Ramenez votre propre matériel/système ». Au cours du salon InfoSecurity Europe 2012 à Londres, des experts se sont réunis pour débattre du sujet.

Cette organisation du travail impliquerait de nouvelles variables managériales ou niveau sécuritaire.

Tout d’abord, tous les ordinateurs de chaque employé ne sont pas forcément protégés de la même façon et peuvent même être porteurs de virus qui pourraient infecter le réseau de l’entreprise. Cependant si un problème technique général peut paralyser toute une entreprise, si chaque appareil est indépendant des autres, on peut éviter plus facilement une panne générale.

Du point de vue économique, l’entreprise fait aussi des économies en matériel bureautique. Elle doit cependant assurer la présence des outils dits communs (imprimantes, logiciels, photocopieuses…etc.). L’employé est aussi bien plus à l’aise avec son matériel qu’il a l’habitude d’utiliser. L’entreprise peut aussi y voir un moyen de faire ramener du travail chez l’employé qui aura plus de facilités à se replonger dans ses dossiers s’il s’agit d’un même appareil pour ses données personnelles et professionnelles.

Bref, on peut trouver du pour et du contre.

Selon une étude auprès de 2000 personnes (onze pays, cinq secteurs d’activité différents) du cabinet d’étude Vanson Bourne pour l’opérateur télécoms BT, 60% des employés utilisent leurs appareils personnels pour l’environnement professionnel. Un chiffre important qui demande une véritable réflexion voire le développement d’une politique BYOD pour formaliser l’utilisation des terminaux personnels en entreprise.

Pour Carl Blackett, responsable de l’architecture de sécurité au Norfolk County Council, lors deu salon InfoSecurity Europe 2012 à Londres, il s’agit d’interroger la pertinence du BYOD dans son propre contexte « il faut prendre en compte les opportunités, savoir si cela a vraiment un intérêt managérial au sein de l’entreprise« . A partir de cette remarque, le Norfolk County Council  compte préparer et lancer une politique de BYOD cette année. De toute évidence, pour Carl Blacket il y a une chose évidente « Les temps changent et il n’est plus possible de dire non aux utilisateurs qui veulent travailler de manière différente« .

Et vous, préfèreriez-vous travailler avec vos terminaux personnels ou pas ?

Publicités